Il était temps…

Ah oui il était temps. Voici ce que j’écoute en boucle ce soir. Et j’ai envie de partager ce moment.
C’est que ces moments là sont rares.

Et comme un cadeau n’arrive jamais seul, voici les magnifiques paroles…

Now that it’s time
Now that the hour hand has landed at the end
Now that it’s real
Now that the dreams have given all they had to lend
I want to know do I stay or do I go
And maybe try another time
And do I really have a hand in my forgetting ?

Now that I’ve tried
Now that I’ve finally found that this is not the way,
Now that I turn
Now that I feel it’s time to spend the night away
I want to know do I stay or do I go
And maybe finally split the rhyme
And do I really understand the undernetting ?

Yes and the morning has me
Looking in your eyes
And seeing mine warning me
To read the signs carefully.

Now that it’s light
Now that the candle’s falling smaller in my mind
Now that it’s here
Now that I’m almost not so very far behind
I want to know do I stay or do I go
And maybe follow another sign
And do I really have a song that I can ride on ?

Now that I can
Now that it’s easy, ever easy all around.
Now that I’m here
Now that I’m falling to the sunlights and a song
I want to know do I stay or do I go
And do I have to do just one
And can I choose again if I should lose the reason ?

Yes, and the morning
Has me looking in your eyes
And seeing mine warning me
To read the signs more carefully.

Now that I smile,
Now that I’m laughing even deeper inside.
Now that I see,
Now that I finally found the one thing I denied
It’s now I know do I stay or do I go
And it is finally I decide
That I’ll be leaving
In the fairest of the seasons.

2 réponses sur “Il était temps…”

  1. J’étais surprise en faisant une recherche google, plein d’internautes semblaient connaitre et aimer cette chanson… traductions à gogo, commentaires émus, enthousiastes… etc.
    Ce qui m’a aussi touchée c’est la biographie de la chanteuse. Elle a côtoyé du beau monde et semblait être poursuivie et constamment rattrapée par son passé, par son histoire, par son sentiment de solitude, par sa détresse, son désespoir… une fin « tristissime ».

    C’est que, je voulais savoir, trouver une raison, m’expliquer cette vague de tristesse et de mélancolie qui m’envahit en écoutant ce morceau. J’ai voulu comparer avec les impressions des autres…. comme si je voulais déterminer une frontière entre ce qui venait de moi, ce qui était dû à la chanson. Ce qui n’allait pas chez moi ou qui n’allait pas chez elle. Comme si ça devait forcément être la faute de l’une ou de l’autre.

    Je finis par me dire, de façon toujours aussi conciliante (cette façon dont je n’ai plus trop envie, soit dit en passant) que c’est un peu des deux… qui dit que Nico elle-même n’était pas émue et touchée au point de communiquer son désarroi à tous ceux en qui la chanson touche une corde sensible ?

    Sinon, j’ai beau chercher une réponse en moi, pour l’instant je n’arrive pas à me positionner… est-ce que les choses les plus belles sont toujours forcement les plus tristes ? Je sens mon conflit pointer son nez et je résiste… je ne suis pas encore prête à abdiquer, je crois…

    En tout cas, j’ai maintenant cette chanson sur mon PC, mon iPhone et mon player mp3 d’appoint, et je reviens parfois sur ton blog histoire d’écouter en regardant une de ces belles photos aléatoires, je tente ma chance… le coucher du soleil ou la ville la nuit !
    Ce qui est sûr c’est que je ne peux m’empêcher de la mettre en boucle, comme si à chaque fois un peu plus, mes chances de percer enfin le mystère pouvaient augmenter…

  2. Merci pour ton commentaire. Il faudra que tu me racontes la vie de cette femme. De mon coté, j’en suis resté à l’état vierge. Vierge de toute information sur cette chanteuse, vierge dans mes sentiments pour cette chanson.
    Il est vrai que savoir ce qu’il y a derrière ajoute parfois quelque chose à l’émotion intrinsèque des choses. Mais parfois aussi, cela démystifie ladite chose. D’habitude je suis curieux de la vie des gens dont j’aime les oeuvres… n’ai-je point lu l’intégrale de la correspondance en 6 volumes de Mozart juste pour cette raison ?
    Mais là non, je n’ai pas (encore) fouiné. Enfin je sens que tu vas me décider à le faire…

Répondre à PAM Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *