Je hais les shampoings

Je sais pas vous mais moi j’ai du mal avec le rayon shampoing des hypermarchés.
J’y passe toujours un temps considérable eu égard au tout petit flacon que je cherche juste à obtenir quand j’y mets les pieds. Oui parce qu’en général j’y vais avec le besoin immédiat d’y trouver le shampoing qui va bien avec mes cheveux de maintenant et je suis dans une certaine urgence vu que j’attends toujours le dernier moment pour affronter ce rayon.

Vue en perspective d'à peu près 7% du rayon shampoing de mon hyper

Bon déjà, il est beaucoup trop grand ce rayon. Beaucoup trop de produits sur une beaucoup trop grande longueur, c’est impossible d’embrasser toute l’offre d’un seul regard comme pour tous les autres produits normaux du magasin. Nan, les shampoings, c’est pas un produit normal et pour comprendre de quoi ça parle, il faut se déplacer, marcher, arpenter, revenir, comparer, etc. Et quand on croit qu’on a saisit l’affaire, qu’on tient le bon flacon du produit miracle, là on se baisse un peu et pan! on tombe sur the trouvaille, le shampoing pour cheveux mi-sec à tendance regraissante avec suicide des pellicules sous 6h 4 en 1 ultra démêlant re-coiffant qui vous avait échappé lors des 5 premiers passages.

Ensuite, c’est pas bien clair s’il est pour femme ou pour homme ce shampoing que j’ai mis 25 minutes à choisir. Oui parce que le flacon est un peu rose quand même. Pi dans la pub, il me semble bien que c’était une blondasse qui faisait le coup des cheveux trop hyper voluptueux qui volent tout seuls, dans la rue, au travail et à la maison. Bon sang, mais comment vous faîtes vous pour savoir si le shampoing il est pour homme ? C’est la couleur du flacon ? La marque ? Le parfum ? Ils sont tous mixte ? Nan parce que déjà si je pouvais, avec un critère simple hein, pas un truc tordu, éliminer 50% du rayon lors de mon scan initial, je gagnerai un temps précieux.

OK, admettons que je parvienne à limiter ma recherche aux modèles spécial homme poilu dans mon style, il me reste encore à choisir entre des centaines de produits d’une dizaine de marques différentes. C’est là que je commence à lire les petites lignes de chaque flacon et que je découvre l’ampleur de l’ingrate tache qui s’offre à mon intelligence d’homme moderne ultra-développé. Il faut pour parvenir à quelque chose de raisonnable et ne pas repartir du rayon avec un shampoing inadapté à mes caractéristiques capillaires (ça à l’air grave en plus) répondre à quelques questions d’apparence fort simples:
Ai-je des cheveux normaux ? Gras ? Secs ? Regraissants ? Mous ? Epais ? Fins ? Délicats ? Clairs ? Pelliculés ? Longs ? Colorés ? Abimés ?
Oui, il faut répondre à toutes les questions. Toutes. Alors bien sûr, certaines sont assez faciles, la couleur je gère, les pellicules j’en ai une assez bonne idée mais déjà la longueur c’est plus subtil… moi on me dit toujours que j’ai les cheveux longs mais est-ce vraiment un bon indicateur ? Et est-ce qu’ils sont gras mes cheveux hein ? Bah après 3 jours sans shampoing oui! Mais le jour même non! Alors je dois choisir quoi moi ? Secs ? Gras ? Regraissant ? Bon ensuite moi j’ai le cheveux épais, ça je le sais parce que mon coiffeur me le dit à chaque fois qu’il a finit de me les couper et qu’il les sèche et qu’il s’écrit d’un air un peu stupéfait (pourtant c’est son métier LUI) « wouahhh vous avez le cheveu épais, ils gonflent en séchant! – Oui merci je sais, connard, t’as plus qu’à recouper plus court vu que maintenant j’ai une tête d’autruche qui sort du mixer ». Enfin je vous la fais courte mais figurez-vous que dans tout ce foutu rayon shampoing que jamais aucune intelligence extra terrestre supérieure n’osera jamais inventer tellement c’est absurde, IL N’Y A PAS de shampoing pour cheveux épais! Je les ai tous regardé, comme à chaque fois, on ne sait jamais, ils vont peut-être finir par le créer le produit pour MES cheveux vu qu’il y a à peu près un flacon par génotype humain. Mais non.

Alors je finis par prendre le modèle pour cheveux normaux que j’avais déjà fini par prendre la fois d’avant, complètement désespéré par tant d’injustice.

Là où j’ai cru mourir c’est quand je suis allé au rayon hygiène enfant et que j’ai cherché un shampoing pour mon fils et qu’après une intense recherche, je finis par les trouver bien planqués et qu’IL N’Y AVAIT QUE 2 modèles!!!! Oui 2, un rose et un bleu. Un pour les fille et un pour les garçon. Je vous jure que c’est vrai. 2 modèles! Qu’on ne viennent pas me dire que la vie n’est pas complètement surréaliste des fois!

Bordel, mais pourquoi est-ce qu’Apple ne fait pas des shampoings ?

7 réponses sur “Je hais les shampoings”

  1. Tout d’abord j’ai bien ri.
    Ensuite, j’imagine l’angoisse quand tu as fini ton shampoing à la maison. Vas-tu chez le psy après cette découverte pour plonger dans les tréfonds de toi-même et y trouver une ressource cachée ?
    Et puis, il y a mon vécu du temps de la grande angoisse climatique. Oui, durant une semaine, j’ai joué l’écolo à fond, pour l’expérience, et je me suis retrouvé comme un con face au choix du cassoulet. Allais-je poluer en achetant un cassoulet qui vient de loin, qu’elle est le taux de carbone de la boîte ? tienne-t-il compte des effets secondaires ? Le canard de dedans est-il bio ? les fayots ? C’est quoi ce petit logo en bas à droite ? devrais-je nettoyer la conserve avant de la mettre à recycler ? quelle sera alors le bilan eau ? etc. Bref, je me suis torturé la tête bien une heure, pour pousser le vice de cette expérience à fond.
    Alors je te conseille de ne pas faire confiance aux étiquettes et de lancer un plan d’expérimentation. quinze jour un shampoing puis après un autre. Tu notes les effets sur tes cheveux et tu en testes un autre. Après tu achètes toujours le même, tu fais une application pour l’i-phone pour aider les gens dans leurs choix et tu fais payer la présence de chaque marque et produit (faudra bien que tu ais un panel de cheveux plus représentatif que ceux de ta seule tête).
    Si tu as besoin d’aide n’hésite pas 😉

  2. Tu sais, c’est pas con ton idée d’application iPhone! Tu rentres tous les critères que tu connais et puis tu te ballades dans le rayon et là, en réalité augmentée, l’iPhone t’indique les flacons adaptés grâce à de la reconnaissance d’image!!! Si j’avais du temps à perdre, je crois que je le ferais!

  3. Rien à voir avec tes problèmes de shampoings, mais je constate que depuis l’ouverture du blog (199X) tu n’as jamais publié ni en mai, ni en août, ni en décembre…
    Serait-ce des périodes où tu n’existes pas dans ce monde ?

  4. Oh comme je me reconnais dans ce dilemme shampooinesque. ( Z’avez vu ce beau néologisme ? )
    J’ai beaucoup ri en lisant cet article, merci ! 😀

  5. « Bon déjà, il est beaucoup trop grand ce rayon. Beaucoup trop de produits sur une beaucoup trop grande longueur, c’est impossible d’embrasser toute l’offre d’un seul regard comme pour tous les autres produits normaux du magasin. »
    -> d’où l’utilité du 10-24 ! 😉

    « Ai-je des cheveux normaux ? Gras ? Secs ? Regraissants ? Mous ? Epais ? Fins ? Délicats ? Clairs ? Pelliculés ? Longs ? Colorés ? Abimés ? »
    Ce qui est sûr, c’est qu’ils ne sont pas clairs !

  6. Ca me rappelle que l’être humain, contrairement à ce qu’on croit, déteste faire des choix. Il est très mauvais à ce jeu. Un jour j’irai faire les courses avec toi Iolo. Je me donne en général 10 secondes par produit en moyenne 🙂 Si en 10 secondes j’ai pas trouvé, je me barre, car je me connais ça m’énerve !
    Un certain nombre de magasin se sont basés sur le choix unique (Walmart est comme ça je crois). T’as pas le choix, donc tu vas plus vite, donc il y a plus de clients par jour dans le magasin, et comme y’a pas beaucoup de choix, les produits sont plus chers… Donc c’est même rentable. (les épiceries de quartier fonctionnent comme ça. Je les adore).
    Si un jour j’ouvre un magasin, promis il y aura un seul shampoing homme et un seul shampoing femme.

    T’as pensé à te raser le crâne ?

  7. Je découvre ton blog par cet article excellent !
    Mais au risque de t’achever, le calvaire ne sera pas plus terminé le jour où tu auras trouvé TON shampoing ! Parce qu’à partir de cette date, tu te rendras à chaque fois dans le rayon avec la hantise qu’il ne soit plus en stock, ou pire, plus fabriqué, ou plus simplement qu’un jeune attaché marketing ait décidé de changer le code couleur de chaque référence juste pour montrer qu’il ne manque pas d’esprit d’initiative !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *