Mon Étoile

Des cieux englués se fraie ta mélopée
Douce et sinueuse perçant la canopée,
Ensorcelant esprits et corps sur ton passage
Jusqu’aux miens égarés d’homme terrien sauvage

Des cieux endormis nait ta fraiche clameur
Au rythme étincelant, ode à l’aube du cœur,
Sous ton manteau d’or où se blottissent les ombres
Respirent les espoirs d’une journée moins sombre

Des cieux oniriques où chaloupent tes flammes
D’un sens à l’autre le vague se fait en l’âme,
La nuit nous inonde de questions qui s’achèvent
Avec notre au delà d’ignorance et de rêve.

Des cieux comateux où s’est posé ton phare
Le chemin se retrouve enveloppé d’espoir,
Ton aura attractive arrache mon désir
A l’horizon portuaire où s’ancre mon navire.

Des cieux obscurcis, blessés, baignés de sang
Ton guide rayonnant veut me sortir du rang,
Amarres y mon être, une brise, une voile
Je plonge aveuglé, serein, Ô mon Étoile.

Nike+ iPhone 3GS + GPS

Alors voilà, on va parler d’un truc de geek, pour changer, avec une utilisation un peu spéciale de mon iPhone que je n’ai pas vu décrite ailleurs.

L’idée est simple: faire simultanément usage du GPS et du kit nike+, fonctions qui sont toutes deux intégrées dans l’iPhone 3GS mais qui pour une raison que j’ignore ne sont utilisées simultanément par aucune application de l’appstore (à ma connaissance donc si vous en connaissez une, je suis vraiment preneur!).

nike-plus-iphone

Aucune application ne le fait mais finalement ce n’est pas grave car il y a un moyen, assez simple de s’en sortir.

1) On commence par lancer l’application Nike comme d’habitude. On configure tout ce qu’il faut et on lance la course avec de la musique en même temps. Le fait de lancer la musique est indispensable pour que le GPS fonctionne lorsque l’iPhone est en veille et que l’écran est éteint, ce qui est une bonne chose si on veut épargner la batterie.

2) On quitte l’application Nike+ avec le bouton home. Normalement, elle reste active, elle continue à enregistrer votre course et affiche un petit bandeau rouge en haut de l’iPhone sous la barre d’état classique.

3) On lance son application de tracking GPS préférée. Pour ma part, c’est Trails. Mais d’autres marchent très bien aussi. Et là, le miracle se produit, ça marche!

On a donc l’appli GPS qui tourne en premier plan et l’appli Nike+ qui fonctionne en arrière plan. Mais ce n’est pas tout, le miracle continue: si on passe l’iPhone en veille, que voit-on ? Oui! l’écran de veille du Nike+ (très pratique en course avec son affichage paysage orienté comme on veut). Excellent donc, puisque à ce moment là, vous avez le récapitulatif Nike+ en premier plan et le GPS qui continue à tourner derrière. Si vous dévérouillez, vous retombez sur l’appli GPS (avec affichage de la carte et tout et tout).

A mes yeux, cette combinaison est un des gros atouts du 3GS et elle justifie de devoir se le trimbaler. Oui parce que l’iPhone c’est pas tout léger non plus et en course, c’est un peu pénible. J’ai pour ma part opté pour un brassard.

Quelques petites remarques en passant:

  • le mode avion rend le GPS inopérant. Allez savoir pourquoi.
  • Si vous souhaitez mettre votre course en pause, il est possible de la faire sans quitter l’application GPS grâce à l’oreillette / télécommande de l’iPhone. Un appui pour faire pause/reprise du Nike (attention le GPS continu, il faut penser à l’arrêter également).
  • Il est possible de changer de musique, toujours grâce à l’oreillette (2 appuis courts pour le morceau suivant)
  • Je recommande le port de l’iPhone au bras droit (bouton home vers la tête). Sans doute à cause de la position du GPS dans l’iPhone, celui-ci capte mieux les signaux des satellites là où ça devient difficile (sous bois notamment).

Mes séries TV favorites

L’envie me vient de vous présenter mes séries TV préférées du moment. Peu ou pas du tout connues en France, elles sont néanmoins disponibles en DVD (saisons passées), sur certaines chaines par satellite et aussi en ligne sur les sites des chaines qui les diffusent. Toutes plaisent également beaucoup à Sahael, ce qui est une condition importante qui autorise notamment l’accès en prime time à la TV du salon.

The Big Bang Theory

Attention, série culte pour tous les geeks qui se respectent! C’est énorme, tout y est, à commencer par une bande de 4 purs geek, compensés dans leur déviance par une charmante blonde tout ce qu’il y a de plus « terrestre ». Les références SF, Jeux de rôle et informatique y sont très présentes, tout en étant assez subtiles pour ne pas nuire à la compréhension de ceux qui ne les connaissent pas. C’est extrêmement bien écrit, et drôle d’un bout à l’autre (y compris donc pour les non-geek, c’est important de le souligner).

On s’attache très très rapidement à la petite bande qui à mes yeux est 100 fois plus intéressante que la bande de la série Friends (qui serait une série comparable d’un certain point de vue).

On est bien là dans une première du genre qui j’espère fera date. Il semblerait que le succès soit au rendez vous (la deuxième saison fait de très bon scores aux USA).

The IT Crowd

Encore une série sur les geek ? Effectivement, il y a un peu de ça mais dans un style finalement très différent de the big bang. Ici les scénarios de chaque épisode sont franchement décalés, parfois même complètement déjantés. C’est la touche anglaise monty pythonesque de cette série (qui nous vient du UK donc) et c’est assez jouissif. Certaines scènes sont à pleurer de rire et le coté IT, que l’on pourrait craindre un peu trop présent pour plaire à tout le monde, laisse majoritairement la place à du pure délire. Voir par exemple l’épisode de la saison 2 ou un homme qui prétend donner des cours de cuisine et pour les lesquels Moss (le geek coincé de la série) va s’inscrire, s’avère en fait être un cannibale… ou encore celui de la saison 1 ou on découvre un personnage tendance gothique caché dans une pièce du service IT et que l’on retrouve ensuite dans tous les épisodes…

Pushing Daisies

Je termine cette sélection par une pure petite perle. Un homme, capable de redonner la vie (mais sous certaines contraintes que je vous laisse découvrir) va se trouver dans d’originales situations, dont celle de rescuciter sa petite amie d’enfance. La série mélange avec grâce histoire d’amour, enquêtes policières et poésie. Le tout est servi dans un écrin de velour cinématographe qui moi me fait penser à du Tim Burton. Chaque épisode est un vrai petit film à lui tout seul. Il est très rare de voir de telles composantes dans une série TV, en particulier ce coté très poétique unique en son genre. Rien que pour ça, ça mérite la découverte.

C’est la saison des blogs

Ça pousse comme des champignons! De nouveau le blog d’un ami vient de naitre. Un blog qui promet d’être acidulé aux couleurs chatoyantes de l’Afrique. En direct de Djobouti, c’est par ici!

Il est temps

Il est temps, chers gens qui passez par ici pour de mauvaises raisons, il est temps que je vous donne le lien du blog du Derf. Car même si c’est une illusion, un rêve, un désir qui fait se mouvoir l’homme, c’est aussi cela la vie.

http://lederf.wordpress.com/

Oyé

Il était temps…

Ah oui il était temps. Voici ce que j’écoute en boucle ce soir. Et j’ai envie de partager ce moment.
C’est que ces moments là sont rares.

Et comme un cadeau n’arrive jamais seul, voici les magnifiques paroles…

Now that it’s time
Now that the hour hand has landed at the end
Now that it’s real
Now that the dreams have given all they had to lend
I want to know do I stay or do I go
And maybe try another time
And do I really have a hand in my forgetting ?

Now that I’ve tried
Now that I’ve finally found that this is not the way,
Now that I turn
Now that I feel it’s time to spend the night away
I want to know do I stay or do I go
And maybe finally split the rhyme
And do I really understand the undernetting ?

Yes and the morning has me
Looking in your eyes
And seeing mine warning me
To read the signs carefully.

Now that it’s light
Now that the candle’s falling smaller in my mind
Now that it’s here
Now that I’m almost not so very far behind
I want to know do I stay or do I go
And maybe follow another sign
And do I really have a song that I can ride on ?

Now that I can
Now that it’s easy, ever easy all around.
Now that I’m here
Now that I’m falling to the sunlights and a song
I want to know do I stay or do I go
And do I have to do just one
And can I choose again if I should lose the reason ?

Yes, and the morning
Has me looking in your eyes
And seeing mine warning me
To read the signs more carefully.

Now that I smile,
Now that I’m laughing even deeper inside.
Now that I see,
Now that I finally found the one thing I denied
It’s now I know do I stay or do I go
And it is finally I decide
That I’ll be leaving
In the fairest of the seasons.

Bonne Année!!!!!!

Bonne Année 2008 à tous!

Bonne résolution de l’année numéro 1: écrire un peu plus sur ce blog…

Cette année il faudra que je vous parle:

  • de mon switch vers un Imac sous Mac OS X après 20 ans de PC et de windauberies… (quoique windaube est toujours là dans un coin du Mac… le bougre)
  • de mon téléphone Eten X500 qui marche super mal mais pas tous les jours (quand je ne téléphone pas avec il marche bien en résumé, c’est con pour un téléphone)
  • de mon envie d’Iphone (merci Eten)
  • de la course à pied parce que j’ai plein de questions sans réponses et ça m’énerve… l’article s’appellera « la course à pied pour les nuls »

D’autres idées ?