Séance de Jardinage

Oui enfin non. Disons que j’ai visité un jardin, c’est presque du jardinage non ?

De nouveau je vous emmène avec moi, pour une petite ballade. Il s’agit du jardin Albert Kahn situé à Boulogne-Billancourt. Début de printemps et jardin japonais font en général bon ménage (les cerisiers, tout ça) d’où l’idée d’aller dans ce jardin. Ce jour là il faisait gris (il avait plu le matin) ce qui n’est pas très bon pour faire de la photo mais par contre c’est assez bon pour ne pas subir la foule des grands jours! On ne peut pas tout avoir.

Et on commence tout doux avec ce magnolia.

On poursuit avec le fameux pont du jardin japonais. C’est vrai, que serait un jardin japonais sans son petit pont tout rouge ?

Et le détail de l’orée du pont, c’est plus fort que moi j’aime bien les formes érectiles…

On poursuit sous le pont où nagent ces deux pétales amoureux. Entre ombre et lumière, ils sont à un tournant de leur existence. Vont-ils aller du coté de la lumière ou vers les profondeur ténébreuse du lac ? Vont-ils se séparer ou bien cheminer ensemble ? La vie est trépidante parfois.

Je termine la partie japonaise du jardin par ces fameux cerisiers en fleur. J’ai aimé le dessin de ces tronc noir qui transpercent la photo comme des éclairs. Le contraste avec la douceur de ces pétales blancs est saisissant.

Une autre pour la route.

On sort maintenant de la partie japonaise pour aller vers mes deux autres coups de coeur du jardin. Le premier est une étendue d’herbe couverte d’une fleur étrange et bicolore. Je donne un Kinder à celui qui trouve le nom de cette fleur (je précise que je ne connais pas la réponse donc je veux des preuves!)

Et pour finir, voici mes pâquerettes préférées… Que ces couleurs sont agréables à l’oeil!

A bientôt…


Les aimants du pont neuf

Non, ne fuyez pas! Je sais, le jeu de mots du titre est tout pourave, c’était juste pour dire que ça va parler d’aimants. Non pas de ceux qui aiment mais de ceux qui attirent, ou qui repoussent, c’est selon. J’ai en effet découvert il y a peu ces petites billes merveilleuses qui s’appellent Zen Magnets (les aimants zen donc). Ca vient des USA (commandé en ligne directement sur leur site http://zenmagnets.com/) et c’est incroyable. Chaque petite bille  est un aimant (avec 2 pôles donc) d’une puissance suffisante pour porter à elle seule les 216 autres petites billes. Pourquoi 216 ? Parce que le lot que j’ai acheté permet de faire un cube de 6 billes de coté (6*6*6 = 216), comme sur cette photo.

Mon premier cube en Zen Magnets

Ca parait basique comme ça, un simple cube, mais à faire ce n’est pas si simple. Sur le site de Zen Magnets, il y a une vidéo qui montre une façon d’y parvenir. Parce qu’il faut bien comprendre que ces petites billes se collent sur tout ce qui bouge d’un tant soit peu métallique et ont donc une fâcheuse tendance à se coller toutes ensembles sans aucune forme particulière. Tout l’art du Zen Magnets est de parvenir à les mettre ensemble dans une forme voulue, stable. D’où le coté Zen, car il faut être zen pour y parvenir (oui ça y est je suis zen, j’ai fait le cube).

Comme je suis très fort, j’ai aussi fait un cylindre.

Le cylindre

J’adore ce mélange de motifs parfaits, sphères, lignes, triangles (regardez les lignes formées par un ensemble de 3 billes, puis 9 puis …)…

Et parce que c’est vous, voici d’autres photos de mes expérimentations (objectif 85mm macro).

Goutte d’eau sur pierre brûlante

Les photos de la semaine sont un peu humides. Elles montrent des formes mi-érectile mi ovoïde. les couleurs d’eau se mélangent à celle du sang et c’est au fond sensiblement érotique. Bon OK, je racole un peu, mais il n’y a que le sexe qui marche pour attirer le chaland alors allons y dans la métaphore!

La couronne
Le Totem

Ne soyez pas déçu. C’est vrai qu’il n’y a ni homme ni femme nue dans cet article (et hop encore un mot clé pour google) mais je me suis quand même donné du mal.

Bon allez, puisque c’est vous, voici la recette exclusive de ces photos.

Préparation: 5 min
Prise de vue: 1 heure
Matériel:

  • un bol rempli d’eau ou de sang suivant votre humeur.
  • Un petite pipette ou une seringue usagée (toujours suivant votre humeur) capable de délivrer une goutte d’eau à la fois
  • Un appareil photo posé sur un pied et muni d’une optique macro (ici un 85mm), si possible commandable à distance (afin d’éviter les flous de bougé).

La prise de vue:

  • On règle tout d’abord l’appareil en mode manuel afin d’obtenir une vitesse d’obturation rapide, au maximum de ce que permet la synchronisation du flash (1/250 dans mon cas) tout en conservant une grande profondeur de champ, donc une ouverture petite (par exemple f/25), sinon bonjour la difficulté pour avoir une image nette. On fixe également la sensibilité à 100 ISO afin de ne pas ajouter un bruit inesthétique à l’image.
  • On prépare le positionnement de l’appareil de façon à viser le centre du bol d’eau, on cadre tout comme on veut et on fait la mise au point sur un objet (un bout de crayon, peu importe) que l’on place au centre à la surface du bol. La mise au point ne peut être que manuelle si on ne veut pas risquer des flous et des retard de prise de vue du fait de l’autofocus.
  • Tout est prêt, on va donc pouvoir déclencher avec une main pendant que l’autre va habilement lâcher une goutte, en visant le centre du bol vous l’aurez compris.
  • Ensuite tout est dans l’art de déclencher au bon moment, en fonction de la hauteur de départ de la goutte et de ce qu’on veut prendre en photo (premier rebond, impact, etc).
  • Et puis comme toujours, il est conseillé d’avoir de la chance ou du temps 😉

Pour le plaisir, voici quelques autres photos pas trop ratées.


Vagabondages

Ca s’appelle « Vagabondages » et c’est mon premier livre de photos / poésie. Un livre de phoésie ou de poétos en somme.

Voici quelques extraits avant le lien vers le livre.

Vagabondages - Extrait 1

Vagabondages - Extrait 2

Vagabondages - Extrait 3

Ci dessous c’est la vue d’ensemble de toutes les pages du livre. Le livre réel est de format A3.

Vagabondages - Vue d'ensemble

Et voici le lien vers le livre. Il est hébergé chez Photobox chez qui je l’ai fait imprimer. Je précise juste que le prix affiché sur la page Photobox n’est pas de mon ressort et j’aurais apprécié de pouvoir le faire disparaitre car le livre n’est pas à vendre.